« Le remède à l’ennui, c’est la curiosité »

Les questions des lecteurs et lectrices

Peux-tu nous parler … d’astrologie ?

L’origine des signes du zodiaque

L’observation du ciel est une discipline très ancienne. Il n’y a au départ aucune différence entre astrologie et astronomie. Les deux désignent les calculs et la scrutation de la voûte céleste et tous les astres qu’on y voit bouger. Il y a environ 2500 ans, les astrologues mésopotamiens ont divisé le ciel en douze parties pour comprendre son fonctionnement. C’est le début de l’histoire du zodiaque…

Les premières observations du ciel

C’est en Mésopotamie, il y a près de 5’000 ans que l’on trouve les premières traces d’écrits traitant d’astrologie. Chaque ville avait un ou plusieurs observatoires, dans lesquels les prêtres notaient les déplacements des astres.

Le premier écrit concernant le zodiaque date de 419 avant notre ère. On y voit un ciel sphérique divisé en douze arcs égaux. Ils décomposent la trajectoire du Soleil sur la voûte céleste, en prenant les étoiles et les constellations comme points de repères.

Le système mésopotamien est ensuite réutilisé par d’autres peuples autour de la Méditerranée, notamment chez les Égyptiens. La scrutation des étoiles et l’étude de l’astrologie leur permet de prévoir les dates de crue du Nil, puisque celle-ci arrivait de manière cyclique avec les saisons. L’un des plus célèbres zodiaques antiques a été retrouvé à Dendérah, en Haute-Égypte, gravé au plafond d’une chapelle dédiée à Osiris.

Zodiaque de Dendérah
Zodiaque de Dendérah, Impression, 1809.

Héritage grec

Les Mésopotamiens ont aussi influencé l’astrologie grecque. C’est d’ailleurs par leur intermédiaire que nous est parvenue la connaissance des signes du zodiaque. Le terme zodiaque, d’abord, vient du grec. Il signifie «cercle des animaux». Ce nom vient de la volonté des Grecs de dessiner des symboles sur les étoiles pour les suivre au fil du temps. Chacun des arcs du zodiaque a donc été nommé par un animal ou un homme, selon ce que la forme des étoiles leur inspirait. Ces symboles sont d’ailleurs liés aux histoires de la mythologie grecque.

On retrouve par exemple des animaux issus d’épisodes mythologiques, comme le Lion de Némée, le Scorpion qui poursuit Orion sur ordre des dieux, ou le crabe d’Héra qui aide l’Hydre, en vain, dans son combat contre Héraclès.

Certaines constellations représentent des hommes, comme les Gémeaux, qui sont les jumeaux Castor et Pollux; ou le Verseau, qui symbolise le personnage de Ganymède, le porteur d’eau des dieux. Zeus le transforme en constellation après l’avoir séduit pour qu’il échappe à la colère d’Héra.

La lune et le Cancer
La lune et le Cancer, gravure, fin du XVe siècle.

L’Almageste, référence durant 1500 ans

C’est à un savant grec, Claude Ptolémée, que l’on doit le seul traité d’astronomie antique complet qui nous soit parvenu. Dans son Almageste, écrit au IIe siècle de notre ère, Ptolémée compile toutes les connaissances astronomiques de son temps. Entre beaucoup de sujets, il aborde longuement celui du zodiaque.

Jusqu’aux théories de Copernic au XVIe siècle, l’ouvrage de Ptolémée est resté une référence presque absolue en astrologie. Ce n’est qu’à la séparation entre astronomie et astrologie au XVIIe siècle, et l’invention d’outils plus précis que l’œil pour observer la voûte céleste que les savoirs antiques perdront de l’importance, jusqu’à être considérés comme des «sciences occultes».

Système ptolémaïque
Système ptolémaïque avec les signes du zodiaque, par Andreas Cellarius, 1660-1661.

Vous avez une question sur un sujet historique? N’hésitez pas à m’écrire, ou à le mentionner en commentaire!

Partagez l'article ici

Sources

Débarbat, Suzanne. « Des hommes et des animaux dans le Zodiaque astronomique ». In Costa, Sandra et Maître, Claire. L’animal : une source d’inspiration dans les arts, Paris, 2018. En ligne ici.

Florisoone, A. « Les origines chaldéennes du zodiaque ». In Ciel et Terre, Vol. 66, 1950. En ligne ici.

« Histoire de l’Astrologie ». Astrophia, en ligne ici

Images

Image 1 : Pixabay

Images 2 à 4: Domaine public, Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *