Les recettes historiques

La cuisine à travers les siècles

Dans les cafés de la Belle-Epoque

Le Tremblement de terre de Toulouse-Lautrec

Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, la France vit une période de progrès sociaux, économiques, technologiques et politiques que l’on désigne aujourd’hui sous le nom de Belle Epoque. L’art connaît aussi des changements importants, avec la montée de l’impressionnisme et de l’Art Nouveau. Parmi les artistes de cette époque, on retrouve une «fée verte», au centre de leurs habitudes et de leurs productions : l’absinthe.

L’absinthe, ou la «muse aux yeux verts»

La première distillerie d’absinthe ouvre ses portes en Suisse en 1797 selon la recette d’une herboriste neuchâteloise. Elle est d’abord consommée de manière locale, puis elle s’exporte dans les années 1830.

Relativement chère, elle est au départ surtout une boisson de la bourgeoisie. Elle finit par se populariser, devenant l’apéritif le plus consommé en France en 1870. Elle représente effectivement 90% des apéritifs à cette date-là ! Au cœur des débat sur l’alcoolisme de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, on interdit sa production et sa consommation en 1910 en Suisse, et en 1915 en France. Cette prohibition durera près d’un siècle dans les deux pays.

L’absinthe est aussi immanquablement liée à la vie artistique de la Belle-époque. Les poètes et les peintres, tels que Verlaine, Rimbaud, Van Gogh ou Gauguin en consomment régulièrement. C’est eux qui la surnomment la Fée Verte ou la Muse aux yeux verts. Elle est aussi le sujet de leurs vers et de leurs toiles.

Salut, verte liqueur, Némésis de l’orgie !
Bien souvent, en passant sur ma lèvre rougie,
Tu m’as donné l’ivresse et l’oubli de mes maux ;
J’ai vu plus d’un géant pâlir sous ton étreinte !
Salut, sœur de la Mort ! Apportez de l’absinthe ;
Qu’on la verse à grands flots !

(Alfred de Musset, Ode à l’absinthe, 1906)
Le Tremblement de terre de Toulouse-Lautrec
Vincent van Gogh, Nature morte à l'absinthe, 1887.

La fée verte de Toulouse-Lautrec

Parmi les grands amateurs d’absinthe de la Belle époque, on retrouve en tête de liste Henri de Toulouse-Lautrec. Né en 1864 dans une famille de la noblesse française, il est connu comme peintre, dessinateur, lithographe, affichiste et illustrateur.

Toulouse-Lautrec vit à Montmartre, et fréquente le Moulin Rouge et les maisons closes de son quartier. Ces lieux sont au centre de ses peintures. En tête de ses sujets de prédilections, on retrouve effectivement des portraits de prostituées ou de piliers de comptoir…

Il est aussi un habitué du café du Tambourin, où il a peint le Portrait de Vincent van Gogh en 1887. Il le représente d’ailleurs avec un verre de liqueur verte…

Toulouse-Lautrec est également connu pour son alcoolisme, et sa passion pour l’absinthe. C’est d’ailleurs ce penchant qui causera sa perte. Il meurt des suites de son alcoolisme à 37 ans en 1901, après une apoplexie.

Le Tremblement de terre de Toulouse-Lautrec
Henri de Toulouse-Lautrec, Monsieur Boileau, 1893

L’invention du Tremblement de terre

Toulouse-Lautrec a une habitude singulière vis-à-vis de l’absinthe : il la boit mélangée à du cognac. Ce breuvage devient célèbre parmi la bourgeoisie parisienne. En effet, vers 1895, son mélange connu sous le nom de Tremblement de terre gagne en popularité.

La recette originale n’a pas été conservée, mais elle est souvent reportée ainsi :

3 parts d’absinthe
3 parts de cognac
Remuer le cognac et l’absinthe dans un shaker rempli de glace. Filtrer dans un verre à cocktail bien frais. Garnir d’un zeste de citron.

Durant l’entre-deux-guerres, le barman Harry Craddock, qui travaille à l’American Bar du Savoy Hotel de Londres publie une nouvelle version du cocktail. On y retrouve aussi l’explication du nom du cocktail inventé par Toulouse-Lautrec.

Le tremblement de terre
1/3 Gin
1/3 Whisky
1/3 Absinthe
Bien secouer et verser dans un verre à cocktail
Ainsi nommé car s’il arrivait que le sol tremble sous vos pieds, lorsque vous le buvez, ne vous inquiétez pas. C’est un cocktail dont la puissance ne doit pas être prise à la légère, et de ce fait, consommé trop fréquemment !
(Harry Craddock, The Savoy Cocktail Book, London, The Savoy Hotel, 1930.)
Le Tremblement de terre de Toulouse-Lautrec

Vous voulez découvrir une autre recette historique?

Partagez l'article ici

Sources

Fox, David. « Henri de Toulouse-Lautrec – Tremblement de Terre ». En ligne ici

« L’absinthe dans l’art – La « Muse aux yeux verts » des plus grands artistes de la Belle-Époque », Blog Absinthe Market, 27.07.2021. En ligne ici

Noël, Bruno. « Du « cocktail » Tremblement de terre de Toulouse-Lautrec », 2019. En ligne ici.

Images

Image 1: Pixabay

Images 2 et 3 : Domaine public, Wikipedia Commons

Image 4 : Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *