Un jour, une histoire

Que s’est-il passé le… ?

3 novembre 1324

Petronilla de Meath, première Irlandaise brûlée pour sorcellerie

Au XIVe siècle, les accusations pour sorcellerie et hérésie sont encore peu communes. Avant la chasse aux sorcières qui connaît son apogée au milieu du XVIe siècle, une des premières femmes brûlées pour acte de sorcellerie est une jeune servante irlandaise : Petronilla de Meath.

Alice Kyteler et ses 4 maris

Si au Moyen Âge on ne craint pas encore les sorcières, on a peur des femmes trop puissantes (aux siècles suivants aussi d’ailleurs…). Alice Kyteler, née en 1280, est une riche irlandaise issue de la noblesse. Elle se marie quatre fois entre 1300 et 1320. À chaque fois, ses maris meurent subitement en laissant Alice à la tête d’une immense fortune.

Après la mort de son quatrième mari, John le Poer en 1324, de nombreux soupçons pèsent sur Alice. Accusée d’avoir empoisonné ses maris (notamment par les fils de ces derniers, issus de précédents mariages), elle reçoit pêle-mêle d’autres accusations de diableries, d’hérésie et de sorcellerie.

Loin de tomber seule, dix personnes de son entourage proche sont victimes des mêmes accusations, notamment sa jeune servante et confidente, Petronilla.

Petronilla de Meath
Gravure, auteur inconnu, Une histoire des États-Unis d'Amérique, 1828.

Le premier procès collectif de sorcellerie

Arrêtée, Alice Kyteler n’avoue pas ses crimes. Ne pouvant s’attaquer à une femme aussi puissante, l’évêque chargé de l’accusation fait torturer Petronilla de Meath. Elle a un peu plus de vingt ans, une fille en bas âge, Basilia, et pas de mari. Seule, sans soutien, elle avoue tout ce qu’on lui demande sous la torture.

Elle déclare entre autres qu’elle et sa maîtresse ont appliqués des onguents magiques sur des morceaux de bois pour les faire voler.

Leur procès est le premier à juger collectivement un groupe de femmes pour sorcellerie. Jugées coupables, Alice et Petronilla sont condamnées à mort. Alice Kyteler parvient à s’enfuir pour l’Angleterre grâce à sa fortune et ses relations. Petronilla, quant à elle, est brûlée sur un bûcher, le 3 novembre 1324.

Petronilla de Meath
Enluminure, La championne des Dames, Martin Le France, 1451. BNF Fr12476

Réhabilitation artistique

Entre 1974 et 1979, l’artiste Judy Chicago a présenté une installation nommée The Dinner Party. Une grande table triangulaire de 15m de long y plaçait 39 convives, toutes des femmes. Issues de différentes époques, elles sont toutes des figures historiques ou mythologiques importantes, de la déesse mésopotamienne Ishtar à l’écrivaine Virginia Woolf.

Parmi elles se trouve une place réservée à Petronilla de Meath. On y découvre de nombreux symboles associés à la sorcellerie à l’époque de Petronilla et aux suivantes : balai, grimoire, cloche, bougie, chaudron, etc.

Oubliée pendant plusieurs siècles (son procès étant souvent appelé le Procès de Lady Alice Kyteler), elle est finalement réhabilitée par les mouvements féministes et les études historiques actuelles sur la sorcellerie.

 

Ne pouvant pas vous publier ici une image du Dinner Party pour des questions de droits d’auteurs, je vous renvoie au site du Brooklyn Museum où vous pourrez admirer la place de Petronilla de Meath et ses nombreux détails. 

Vous voulez lire un autre article « un jour une histoire »?

Partagez l'article ici

Sources

Conliffe, Ciaran. «Petronilla De Meath, Irish Witch ». 30.01.2017. En ligne ici

O’Connell, Jennifer. « Witchipedia: Ireland’s most famous witches ». 28.10.2017. En ligne ici.

« Petronilla de Meath ». Brooklyn Museum. En ligne ici

Images

Image 1 : Pixabay

Images 2 et 3 : Domaine public, Wikimedia Commons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *